Traitement comme prévention : enjeux actuels
17 octobre 2014

 

Présentation

Depuis la publication de « l’Avis suisse » en 2008, les connaissances sur le traitement comme prévention (en anglais treatment as prevention – TasP) n’ont pas cessé d’évoluer. Les effets préventifs avérés des antirétroviraux ont renouvelé les perspectives en matière de santé publique ainsi que les questions relatives à la dicibilité du VIH ou à la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. Au cours de cette première journée, nous reviendrons sur les fondements scientifiques du TasP et leur actualisation, ainsi que sur la combinaison de celui-ci avec les autres stratégies de prévention.

Programme

9h00

Accueil

9h30

Introduction

9h45

Pietro Vernazza

« De l’avis suisse à aujourd’hui : évidences scientifiques, recommandations internationales et perspectives pour la riposte contre le VIH »

  • En janvier 2008, la parution du « Swiss Statement » par la Commission fédérale suisse pour la santé sexuelle a ouvert une discussion majeure entre médecins spécialisés dans le VIH, scientifiques et experts en santé publique. Cette présentation décrira les raisons qui ont poussé la Commission à prendre la décision de diffuser cet avis et reviendra sur les réactions que cela a suscité. Au cours des années qui suivirent, de nombreuses publications ont tenté de contredire l’avis rendu par l’équipe d’experts suisses. Cependant, et depuis plus de onze ans, de plus en plus de preuves sont venues renforcer leurs observations et leurs conclusions, appuyant l’idée que la transmission par voie sexuelle ne se produit pas dans les cas de partenaires séro-discordants, à condition que la personne séropositive adhère à son traitement et que celui-ci soit efficace. Enfin, les nombreuses conséquences que l’Avis suisse a eu dans différents champs seront abordées (en anglais).

  • Pietro Vernazza est Infectiologue, Chef du service des maladies infectieuses et d’épidémiologie hospitalière de l’Hôpital cantonal de St-Gall (Suisse).

    Pietro Vernazza a reçu une formation en maladies infectieuses à l’UNC Chapel Hill, NC, après avoir terminé un internat en médecine à St Gall en 1993. Ses recherches sont principalement portées sur la transmission du VIH par voie sexuelle. Il est actuellement président de la Commission fédérale pour la santé sexuelle laquelle a publié le « Swiss Statement » en 2008.

  • Vernazza Pietro, Hirschel Bernard, Bernasconi Enos, Flepp Markus (2008), « HIV transmission under highly active antiretroviral therapy », The Lancet, vol. 372, n° 9652, p. 1806-1807.

    Vernazza Pietro, Hirschel Bernard (2008), « HIV transmission hunting – the chase for low risk events », Antivir Therapy, vol. 13, n° 5, p. 641-642.

    Vernazza Pietro (2009), « The debate continues : does ‘undetectable’ mean ‘uninfectious’ ? », HIV Therapy, vol. 3, n° 2, p. 113-116.

    Vernazza Pietro, Graf Irma, Sonnenberg-Schwan Ulrike, Geit Maria, Meurer Anja (2009), « Pre-exposure prophylaxis and timed intercourse for HIV-discordant couples willing to conceive a child », AIDS, vol. 25, n° 2.

    Wandeler Gilles, Keiser Olivia, Hirschel Bernard, Günthard Huldrych, Bernasconi Enos, Battegay Manuel, Clerc Olivier, Vernazza Pietro, Furrer Hansjakob and the Swiss HIV Cohort Study (2011), « A Comparison of Initial Antiretroviral Therapy in the Swiss HIV Cohort Study and the Recommendations of the International AIDS Society », USA PLoSONE [en ligne].

    Rodger Alison, Bruun Tina, Weait Matthew, Vernazza Pietro, Collins Simon, Estrada Vicente, Van Lunzen Jan, Corbelli Giulio, Lampe Fiona, Phillips Andrew, Lundgren Jens and The PARTNER study group (2012), « Partners of people on ART – a New Evaluation of the Risks (The PARTNER study) : design and methods, Public Health , vol. 12, p. 296.

    Bickel A., Vernazza Pietro (2012), « HIV test and prevention ». Internist (Berl), vol. 53, n° 10, p. 1179-1186.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

10h30

Pause café

11h00

Stéphane De Wit

« Charge virale indétectable et risque résiduel de transmission du VIH : l’étude Partner »

  • L’étude Partner évalue le risque résiduel de transmission du VIH au sein de couples sérodiscordants, qui n’utilisent pas systématiquement le préservatif lors des relations sexuelles avec pénétration et dont le partenaire séropositif est sous traitement anti-rétroviral et a une charge virale VIH indétectable. L’étude a été réalisée au sein d’un réseau de 75 centres de prise en charge du VIH en Europe. Au 1er novembre 2013, 1110 couples ont été enrôlés dont 767 ont pu être évalués. A cette date, aucun cas de transmission au sein du couple n’a été décrit mais l’étude se poursuit, essentiellement centrée maintenant sur les couples homosexuels masculins – qui ne représentent à ce jour que 30% des couples enrôlés – afin de caractériser plus précisément l’éventuel risque résiduel de transmission.

  • Stéphane De Wit est Infectiologue, Chef du service des maladies infectieuses, CETIM / CHU Saint Pierre.

    Il a effectué toute sa carrière médicale au Service des Maladies Infectieuses du CHU Saint Pierre. Il est par ailleurs professeur de Pathologie Infectieuse à la Faculté de Médecine de l’ULB, Maître de stage en Médecine Interne et responsable de l’Enseignement de la Médecine Interne au CHU Saint Pierre. Il est très largement impliqué dans les réseaux collaboratifs belges et européens, tels que BREACH, COHERE, EUROSIDA, DIAID, NEAT.

  • Clumeck Nathan, Taelman H., Hermans P., Piot Peter, Schoumacher M., De Wit Stéphane (1989), « A cluster of HIV infection among heterosexual people without apparent risk factors », The New England Journal of Medicine, vol. 321, n° 21, p. 1460-1462.

    De Wit Stéphane, Boulme R., Poll B., Schmit Jean-Claude, Clumeck Nathan (2004), « Viral load and CD4 cell response to protease inhibitor-containing regimens in subtypes B versus non-B treatment-naive HIV-1 patients », AIDS, vol. 18, n° 17, p. 2330-2331.

    De Wit Stéphane, Sabin Caroline, Weber R., Worm S., Reiss P., Cazanave C., El-Sadr W., Monforte A., Fontas E., Law M., Friis-Møller N., Phillips A. (2008), « Data Collection on Adverse Events of Anti-HIV Drugs (D :A :D) study Incidence and risk factors for new-onset diabetes in HIV-infected patients: the Data Collection on Adverse Events of Anti-HIV Drugs (D:A:D) study », Diabetes Care, vol. 31, n° 6, p. 1224-1229.

    Dauby N., De Wit S., Delforge M., Necsoi V., Clumeck N. (2011), « Characteristics of non-AIDS-defining malignancies in the HAART era: a clinico-epidemiological study », J Int AIDS Soc, vol. 14, n° 1, p. 16.

    Konopnicki D., Manigart Y., Gilles C., Barlow P., De Marchin J., Feoli F., Larsimont D., Delforge M., De Wit S., Clumeck N. (2013), « Sustained Viral Suppression and Higher CD4 Cell Count Reduces the Risk of Cervical Persistent Infection with High Risk Human Papillomavirus in HIV-positive Women », J Infect Dis, vol. 1, p. 1723-1729.

11h45

Catherine Dodds

« Les anti-rétroviraux pour la prévention du VIH : un agenda de recherche stimulant pour les sciences sociales »

  • Les déterminants sociaux de l’accès aux traitements antirétroviraux comme outil de prévention, autant que ceux liés à l’adhésion des patients à ces traitements, nous obligent à prendre en compte de manière systématique les résultats des recherches en sciences sociales ainsi que les champs épistémologiques ouverts par celles-ci, dans l’espoir de réduire l’échelle de l’épidémie de VIH. Cette présentation met l’accent sur le besoin urgent d’un dialogue entre cliniciens, spécialistes en épidémiologie et chercheurs en sciences sociales afin de développer un plan d’action conjoint, aussi bien sur les essais cliniques en cours que sur les étapes de travail de plusieurs projets pilotes, alors que nous sommes à un moment-clé de l’épidémie de VIH. Cet effort de collaboration est essentiel afin de pouvoir un jour déclarer la fin de l’épidémie (en anglais).

  • Catherine Dodds est Sociologue, Maître de conférence à Sigma Research, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Département Recherche en santé sociale et environnementale.

    Sa thèse doctorale a exploré la question de la communication des notions de responsabilité à travers les politiques de prévention. Elle a une expérience des méthodes de recherche qualitative, particulièrement en matière d’inégalités sociales de santé dans le champ de la prévention du VIH à destination des hommes homosexuels et des migrants africains au Royaume-Uni. Elle est reconnue internationalement pour son expertise dans la criminalisation de la transmission du VIH.

  • Dodds Catherine, Bourne Adam, Weait Matthew (2009), « Responses to criminal prosecutions for HIV transmission among gay men with HIV in England and Wales », Reprod Health Matters, vol. 17, n° 34, p. 135-145.

    Bourne Adam, Dodds Catherine, Weatherburn Peter, Madyara Annabel, Ntabyera Edith, Owour John, Ola Lawrence, Mahaka Pamela, Jessup Kathie, Hammond Gary (2011), Plus One: HIV sero-discordant relationships among black African people in England, London, Sigma Research (LSHTM) [en ligne].

    Bourne Adam, Dodds Catherine, Weatherburn Peter, Keogh Peter (2011), « Perceptions of superinfection risk among gay men with diagnosed HIV who have unprotected anal intercourse », Int J STD AIDS, vol. 22, n° 4, p. 190-193

    Dodds Catherine, Hickson Ford, Owour John, Weatherburn Peter, Reid David, Hammond Gary, Jessup Kathie (2011), « Condom-Related Needs and Condom Failure among African People in England : Findings from Bass Line 2008-09, a Community-Based HIV Prevention Needs Assessement », Journal of Sexual Medicine, vol. 8, p. 132.

    Keogh Peter, Dodds Catherine (2012), « New Prevention Technologies in the UK : a discussion paper on HIV and biomedical prevention », Sigma Research [en ligne].

    Dodds Catherine, Weait Matthew, Bourne Adam, Egede Siri, Jessup Kathie, Weatherburn Peter (2013), Keeping Confidence: HIV and the criminal law from service provider perspectives, London, Sigma Research (LSHTM) [en ligne].

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

12h30

Questions-réponses

13h00

Lunch

14h15

Cary James

« It Starts With Me – Concevoir et mettre en œuvre une campagne de prévention combinée pour des publics variés »

  • It Starts With Me est une campagne nationale de marketing social, lancée en Angleterre dans le cadre des actions de prévention contre le VIH. Cette campagne repose sur les principes de prévention combinée et vise deux publics très différents : les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes et les populations noires africaines (Black Africans). Cette présentation donnera un aperçu du développement de cette campagne, des défis rencontrés dans son opérationnalisation et des résultats observés depuis son démarrage en 2013 (en anglais).
  • Cary James est responsable des Programmes de promotion de la santé, Terrence Higgins Trust et Coordinateur du programme HIV Prevention England (HPE).

    Avec plus de dix ans d’expérience dans la prévention du VIH et un master en Santé et Marketing social, il est l’un des premiers à avoir utilisé les plateformes digitales pour des actions de promotion de la santé sexuelle. Il a également initié l’utilisation des réseaux sociaux grand public afin de mobiliser les HSH et les populations noires africaines (Black Africans). HPE est l’unique projet de prévention VIH financé par l’Etat en Angleterre. HPE compte à son actif les actions « It Starts With Me » ainsi que la « Semaine Nationale de Dépistage VIH ».

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

15h15

Pause café

15h45

Joseph Situ

« Nouvelles approches de la prévention. Expériences des associations communautaires, l’exemple de la campagne P.R.E.V.S. »

  • Les préservatifs restent le socle de la prévention du VIH, il s’agit d’une norme indiscutable mais les nouvelles incidences au sein des populations cibles montrent les limites du modèle « 100% préservatif » pour agir sur les pratiques à risque. Le changement de message dans nos campagnes a intégré l’avis suisse et un plaidoyer en faveur de la diversification du dépistage à travers l’étude COM’TEST. La campagne « Prévention des risques et vive le sexe (P.R.E.V.S.) » est à destination des Gays/HSH. Elle s’appuie sur les avancées scientifiques et sur les besoins du public. Le message « Préservatif, dépistage et traitement » est également diffusé auprès des migrants à travers l’offre de TROD, avec des supports appropriés au public.
  • Joseph Situ est responsable du pôle prévention et accès au dépistage communautaire et co-responsable du pôle Méthodologie-Innovation- Recherche-Expérimentation, AIDES.

    Militant associatif de lutte contre le sida depuis 1996 et titulaire d’un certificat de responsable en santé communautaire, il s’engage comme volontaire/bénévole sur le terrain de la prévention (communication et sensibilisation des migrants, animation de groupe d’auto-soutien des personnes séropositives) et sur le terrain politique au sein de l’instance régionale de AIDES (représentation des malades dans les instances hospitalières et administratives). Depuis 2007, il est salarié de l’association AIDES avec pour mission le déploiement des actions auprès des populations migrantes et étrangères d’une part et la création une plate-forme inter-associative pour soutenir les communautés africaines et caribéennes dans leur lutte contre le sida.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

16h45

Conclusions

17h00

Fin de la journée

Cycle de conférences 2014 – 2015

Informations pratiques

Ce cycle de conférences est ouvert à tous les acteurs, professionnels ou non, concernés par la prévention du VIH/sida et des autres IST et plus généralement par la promotion de la santé sexuelle et ce, quelle que soit leur activité.

Inscription

Les conférences sont gratuites.
Une collation sera prévue.
Il est nécessaire de s’inscrire.

FORMULAIRE D’INSCRIPTION

Date & Horaire

17 octobre 2014

9h00 – 17h

Lieu

Université Saint-Louis – Bruxelles
Rue du Marais 119
1000 Bruxelles
Belgique

Local P 61 (suivre le fléchage à partir du parking) : plan

Contact

conferences.observatoire@gmail.com