Stratégies alternatives de dépistage du VIH
12 février 2015

Initialement programmée le 6 novembre 2014, cette journée a été reportée au 12 février 2015 en raison des grèves.

Présentation

L’élargissement de l’offre de dépistage délocalisé et/ou démédicalisé, l’utilisation de tests rapides et la mise sur le marché des autotests soulèvent des enjeux scientifiques et opérationnels liés aux évolutions des stratégies de dépistage du VIH et des autres IST. Nous tenterons de comprendre pourquoi et comment adapter au mieux l’offre de dépistage – ainsi que les pratiques professionnelles qui en découlent – au contexte épidémiologique actuel.

Programme

9h00

Accueil

9h30

Introduction

9h45

Joseph Larmarange

« Dépistage et traitement universel : enjeux et état de la recherche »

  • Cette présentation fera le point sur l’émergence, l’opérationnalisation et les premiers résultats disponibles de la stratégie de santé publique communément appelée « dépistage et traitement universel ». Plusieurs grands essais sont en cours et des modèles mathématiques permettent d’espérer d’éliminer l’épidémie de VIH, mais à certaines conditions. En outre, entre la théorie et sa mise en œuvre, par exemple en Afrique australe, la situation est tout autre. Quels sont les défis à relever et quelles conséquences possibles pour les populations ?

  • Joseph Larmarange est Démographe à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), membre du Centre Population & Développement (CePed, UMR 196, Paris Descartes Ined IRD). Hébergé par l’Africa Centre for Health and Population Studies.

    Ses recherches portent principalement sur les stratégies de dépistage du VIH et des hépatites virales, dans le contexte des approches Universal Test and Treat (UTT), en Afrique du Sud et en Côte d’Ivoire. Il participe actuellement à l’essai TasP (Treatment as Prevention) ANRS 12249.

    Lien vers sa page personnelle

  • Larmarange Joseph (2012), « Le TasP Toujours plus Présent », Transcriptase / ANRS Information, n° 149, p. 51-54 [en ligne].

    Iwuji Collins, Orne-Glieman Joanna, Tanser Frank, Boyer Sylvie, Lessels Richard, Lert France, Imrie John et al. (2013), « Evaluation of the impact of immediate versus WHO recommendations-guided antiretroviral therapy initiation on HIV incidence : the ANRS 12249 TasP (Treatment as Prevention) trial in Hlabisa sub-district, KwaZulu-Natal, South Africa : study protocol for a cluster randomised controlled trial », Trials, vol. 23, n° 14, p. 230.

    Larmarange Joseph, Orne-Glieman Joanna, Iwuji Collins, Imrie John, Lert France, Dabis François, Newell Marie-Louise and ANRS 12249 TasP Study Group (2013), « Acceptability and Uptake of Repeat Home-Based HIV Counselling and Testing in Rural South Africa. Preliminary Data of the ANRS 12249 TasP Trial », Poster, 17th International Conference on AIDS and STIs in Africa (ICASA).

    Larmarange Joseph, Imrie John, Orne-Glieman Joanna, Iwuji Collins, Lert France and ANRS 12249 TasP Study Group (2013), « Addressing Social Science in a HIV Treatment as Prevention Trial in South Africa », Communication orale, 2nd International Conference for the Social Sciences and Humanities in HIV, Paris.

    Iwuji Collins, Orne-Glieman Joanna, Tanser Frank, Thiébaut Rodolphe, Larmargage Joseph, Nonhlanhla Okesola, Newell Marie-Louise, Dabis François (2014), « Feasibility and Acceptability of an Antiretroviral Treatment as Prevention (TasP) Intervention in Rural South Africa : Results from the ANRS 12249 TasP Cluster-Randomised Trial », Communication orale, 20ème Conférence Internationale sur le Sida, Melbourne.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

10h30

Pause café

11h00

Laurent Geffroy

« Nouveaux outils et nouvelles stratégies de dépistage de l’infection par le VIH : diversifier l’offre pour simplifier l’accès ? »

  • Depuis 2009 en France, les pouvoirs publics ont développé des stratégies additionnelles de dépistage et promu de nouveaux outils pour répondre aux enjeux de la lutte contre le VIH/sida. Le déploiement d’une offre de dépistage incluant des tests rapides d’orientation diagnostique constitue une étape importante de cette orientation. La mise à disposition d’autotests attendue dans les prochains mois représente le prochain défi, à la fois stratégique, sociétal et organisationnel, posé aux acteurs de la prévention du VIH.
  • Laurent Geffroy est Conseiller-expert auprès du Conseil national du sida (CNS), représentant le CNS à la place du Professeur François Bourdillon, initialement invité. Il enseigne les politiques publiques et les politiques de santé publique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille.

  • Geffroy Laurent, Rapporteur des Avis du Conseil National du sida dont :
    (janvier 2014), Avis suivi de recommandations sur le bilan à mi-parcours du plan national de lutte contre le VIH/sida et les IST 2010-2014.
    (mars 2013), Avis et Rapport sur les autotests de dépistage de l’infection à VIH.
    (octobre 2012), Note valant avis sur les conditions de la fusion des centres de dépistage et de diagnostic du VIH et des infections sexuellement transmissibles.
    (octobre 2011), Vaincre l’épidémie mondiale de sida par des investissements innovants.
    (avril 2011), Note valant avis sur l’impact des politiques relatives aux drogues illicites sur la réduction des risques infectieux.
    (septembre 2010), VIH et commerce du sexe. Garantir l’accès universel à la prévention et aux soins.

    Geffroy Laurent (2011) « Prostitution : les effets de la loi de sécurité intérieure », in Chaire Santé Sciences-Po, Ethique et pratiques médicales face aux politiques sécurités, Paris, Presses de Science-Po.

    Geffroy Laurent (2012), « La loi de sécurité intérieure et l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des personnes prostituées », in Société française de santé publique / Médecins du monde, Droit, éthique médicale et précarité.

    Geffroy Laurent, avec Patrick Yeni et Michel Celse (2014), « Infection par le VIH et société : une maladie qui demeure singulière », La Revue du praticien, Numéro spécial « Infection par le VIH », (à paraître).

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

11h45

Nicolas Lorente

« Le dépistage communautaire du VIH avec et pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes : expériences française et européenne »

  • Deux recherches communautaires françaises financées par l’ANRS (DRAG’TEST et COM’TEST) ont démontré la faisabilité et la plus-value d’un dispositif rapide de dépistage communautaire (CBVCT) avec et pour les HSH. Ceci a été confirmé lors de son passage à l’échelle en France. Au niveau européen, le projet COBATEST a permis d’établir un guide de bonnes pratiques et un réseau de 59 CBVCT qui font aujourd’hui l’objet d’un suivi régulier permettant d’évaluer leur activité.

  • Nicolas Lorente est Chercheur en santé publique, Post-doctorant au sein du Centre d’Etudes Epidémiologiques sur les IST et le Sida de Catalogne (CEEISCAT, Barcelone) et affilié à l’UMR 912, Sciences Economiques & Sociales de la Santé & Traitement de l’Information Médicale (SESSTIM, Marseille).

    Après un cursus pluridisciplinaire en mathématiques et sciences sociales, sa thèse doctorale en santé publique portait essentiellement sur la diversification du dispositif de dépistage du VIH à destination des HSH, en particulier grâce au dépistage communautaire du VIH réalisé à l’aide de tests à résultats rapides. Il a également collaboré : au projet ANRS-Webtest qui visait à documenter l’intérêt pour les home-tests chez les HSH utilisateurs d’internet en France ; à la mise en œuvre de l’essai clinique ANRS-IPERGAY qui vise à tester l’efficacité d’un traitement préventif du VIH (la prophylaxie pré-exposition) chez les HSH au volet sexualité de l’enquête ANRS-Vespa2, enquête représentative de l’ensemble des personnes vivant avec le VIH et suivies à l’hôpital en France en 2011. Il travaille actuellement sur le projet Euro HIV Edat et en particulier sur une sous-étude visant à mettre en place une cohorte de HSH venant se faire dépister dans des dispositifs de dépistage communautaire dans plusieurs pays européens.

  • Lorente, N., Suzan-Monti, M., Vernay-Vaisse, C., Mora, M., Blanche, J., FUGON, L., Dhotte, P., Le Gall, J.-M., Rovera, P., Carrieri, M.P., Préau, M., Spire, B. (2012), « Empowering HIV testing as a prevention tool : targeting interventions for high-risk men who have sex with men », AIDS Care Special Issue, vol. 24, n° 8, p.1039-1045.

    Lorente, N., Henry, E., Fugon, L., Yomb, Y., Carrieri, M. P., Eboko, F., Spire, B. (2012), « Proximity to HIV is associated with high rate of HIV testing among men who have sex living in Douala, Cameroon », AIDS Care Special Issue, vol. 24, n° 8, p.1020-1027.

    Greacen, T., Friboulet, D., Fugon, L., Hefez, S., Lorente, N., Spire, B. (2012), « Access to and use of unauthorised online HIV self-tests by Internet-using, French-speaking men who have sex with men », Sexually Transmitted Infections, vol. 88, n° 5, p. 368-374.

    Lorente Nicolas, Champenois Karen, Blanche Jérôme, Préau Marie, Suzan-Monti Marie, Mora Marion, Fugon Lionel, Carrieri Maria, Sagaon-Teyssier Luis, Le Gall Jean-Marie, Spire Bruno, Yazdanpanah Yazdan (2013), « Investigating recent testing among MSM : results from community-based HIV rapid testing attendees in France », Sexually Transmitted Diseases, vol. 2013 [en ligne].

    Lorente Nicolas, Préau Marie, Vernay-Vaisse Chantal, Mora Marion, Blanche Jérôme, Otis Joanne, Passeron Alain, Le Gall Jean-Marie, Dhotte Philippe, Carrieri Maria, Suzan-Monti Marie, Spire Bruno for the ANRS-DRAG Study Group (2013), « Expanding Access to Non-Medicalized Community-Based Rapid Testing to Men Who Have Sex with Men : An Urgent HIV Prevention Intervention (The ANRS-DRAG Study) », Plos One, vol. 8, n° 4 [en ligne].

    Greacen, T., Friboulet, D., Blachier, A., Fugon, L., Hefez, S., Lorente, N., & Spire, B. (2013), « Internet-using men who have sex with men would be interested in accessing authorised HIV self-tests available for purchase online », Aids Care, vol. 25, n° 1, p. 49‑54.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

12h30

Débat

13h00

Lunch

14h00

Introduction

14h15

Eve Plenel

« Checkpoint : le dépistage rapide communautaire et médicalisé pour les HSH à Paris – retour sur cinq ans d’expérience »

  • Le Checkpoint est un dispositif associatif de counseling-dépistage pour les gays/HSH à Paris fondé sur une approche communautaire et médicalisée du dépistage rapide. Plus de 4000 tests rapides à orientation diagnostique (TROD) y sont réalisés chaque année, avec une fréquence de positivité élevée (2 %) et une proportion significative de patients présentant une primo-infection aiguë (35 %). Malgré des résultats concluants sur sa capacité à assurer le lien vers le soin, les obstacles économiques et institutionnels à sa pérennité demeurent.

  • Eve Plenel est Directrice de Arcat et Le Kiosque Infos sida.

    Après un parcours militant et professionnel dans les domaines de l’accès aux droits, à la culture et à la santé, elle dirige depuis janvier 2012 ces deux associations parisiennes de lutte contre le VIH membres du Groupe SOS.

  • Bibliographie ici.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

15h00

Stephen Karon

« Flash Test : Retour sur les semaines du dépistage du VIH par tests rapides »

  • Flash Test est la plus importante opération de dépistage du VIH par tests rapides réalisée en France puisque près de 10.000 tests ont été réalisés entre le 23 et le 29 septembre 2013. Initiée par Sidaction en 2012 auprès du public HSH/gay, l’opération a été renouvelée dans un format élargi à destination de nouveaux publics et dans 4 régions françaises. Pilotée par les institutions françaises, l’opération a mobilisé plus de 500 intervenants de santé issus des milieux médicaux et communautaires et a permis la découverte de 48 séropositivités.

  • Stephen Karon est Coordinateur des opérations Flash Test en Ile-de-France.

    Ingénieur de recherche en virologie, il travaille autour des enjeux communautaires liés à la santé sexuelle des publics LGBT et à l’usage de drogues. En 2007, il a monté un projet associatif de prévention au sein des espaces festifs fréquentés par les personnes LGBT. Depuis 2009, il travaille sur des projets de recherche en prévention (Essai ANRS-IPERGAY – PrEP, Etude Sure Check HIV – Autotest du VIH). Il travaille depuis septembre 2014 pour l’asbl Ex Æquo.

  • Karon Stephen (2010), « Approche communautaire VS approche médicosociale en milieux festifs, quelles synergies ? », Communication orale, 3èmes Rencontres Nationales de la RdR, Montreuil.

    Groupe inter-associatif TRT-5 (2010), Projet d’essai de traitement antirétroviral en prophylaxie pré-exposition chez des homosexuels masculins, Rapport de consultation communautaire [en ligne].

    Karon Stephen (2011), « Usage de psychotropes et risques sexuels : Intervenir auprès des gays usagers de produits », Communication orale, XIIème Congrès de la SFLS, Lyon.

    Karon Stephen (2011), « PrEP, l’essai iPrEx », React’Up [en ligne].

    Karon Stephen (2013), « Le SLAM : Injection de produits psychoactifs en contextes sexuels », Communication orale, 8èmes Etats Généraux des Usagers de Substances, Paris.

by-nc-nd-83x31pxDroit d’auteur : les enregistrements des conférences sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

15h45

Discussion générale :  enjeux et perspectives de la prévention combinée

16h45

Conclusions

17h00

Fin de la journée

Cycle de conférences 2014 – 2015

Informations pratiques

Ce cycle de conférences est ouvert à tous les acteurs, professionnels ou non, concernés par la prévention du VIH/sida et des autres IST et plus généralement par la promotion de la santé sexuelle et ce, quelle que soit leur activité.

Inscription

Les conférences sont gratuites.
Une collation sera prévue.
Il est nécessaire de s’inscrire.
Date limite : 8 février 2015

FORMULAIRE D’INSCRIPTION

Date & Horaire

12 février 2015

9h00 – 17h

Lieu

Université Saint-Louis – Bruxelles
Rue du Marais 119
1000 Bruxelles
Belgique

Local P 61 (suivre le fléchage à partir du parking) : plan

Contact

conferences.observatoire@gmail.com