Séminaire théories du genre et des sexualités 2011-2012 : une généalogie féministe des rapports de domination

Argumentaire

Ce séminaire a pour objectif de revenir sur des textes majeurs de plusieurs auteur.es féministes traitant du genre et des sexualités, dans une perspective multidisciplinaire (anthropologie, sociologie, philosophie, etc.) et ancrée dans les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agit de s’approprier un corpus théorique, en essayant de respecter la généalogie des réflexions féministes, tant américaines qu’européennes, à partir de la « deuxième vague » des années 1970. Le séminaire s’échelonnera en trois temps : le Black feminism, le féminisme matérialiste et le féminisme queer – tout en ayant conscience des limites et de la variabilité de ces catégorisations.

Les ouvrages privilégiés abordent la question de la domination à travers deux grands questionnements. D’une part, ceux qui interrogent les liens, les croisements ou encore l’intersectionnalité des rapports de domination (genre, « race », classe, sexualité principalement) à travers essentiellement deux courants : le Black feminism et le féminisme matérialiste. Les fondements et les liens entre sexisme, racisme, capitalisme et hétérosexualité obligatoire occuperont ainsi les premières réflexions du séminaire. D’autre part, un troisième courant s’ajoute aux deux précédents : le féminisme queer qui, tout en problématisant encore les questions de rapports sociaux de domination, les aborde plus particulièrement sous l’angle des technologies de production des corps, des micropouvoirs et des subjectivités.

Chaque séance mensuelle de 2h30 sera consacrée à un.e auteur.e et à l’un de ses ouvrages, considéré comme central dans le champ. Afin d’alimenter les échanges qui suivront, un.e discutant.e sera invité.e à réagir au départ d’un ou plusieurs articles signalés en compléments (soit du même auteur.e, soit de perspectives critiques et/ou complémentaires). Il est encore possible de signaler sa motivation à présenter l’un des textes indiqués et de proposer d’autres lectures de contrepoint.

Programme

25 Novembre 2011 – 14h00 / 16h30
Black Feminism : Ancrage militant et intersectionnalité

Ouvrage de référence :
Angela Davis (2007) [1981], Femmes, Race et Classe, Paris, Editions Des Femmes

Articles complémentaires :
Audre Lorde (2003) [1984], « Age, race, classe sociale et sexe : les femmes repensent la notion de différence », In Sister Outsider : Essais et propos d’Audre Lorde, Québec-Genève, Éditions Trois-Mamamélis, p. 125-136.
Patricia Hill Collins (1990), « Black Feminist Thought in the Matrix of Domination », In Black Feminist Thought : Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, London, Harper Collins, p. 221-238, [en ligne].
Kimberlé Crenshaw (2005) [1991], « Cartographie des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, n° 39, p. 51-82.

16 décembre – 14h00 / 16h30
Naturalisation de la « race » et du sexe

Ouvrage de référence :
Colette Guillaumin (1992), Sexe, Race et Pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Éditions Côté-Femmes.

Article complémentaire :
Delphine Naudier et Eric Soriano (2010), « Colette Guillaumin. La race, le sexe et les vertus de l’analogie », Les Cahiers du Genre, n° 48, p. 193-214, [en ligne].

20 janvier – 14h00 / 16h30
Sexisme et capitalisme

Ouvrage de référence (choix des articles à discuter) :
Christine Delphy (2009) [1998], L’Ennemi principal 1 : Économie politique du patriarcat et (2001) L’Ennemi principal 2 : Penser le genre, Paris, Syllepse.

Article complémentaire :
Christine Delphy (2008), « Les uns derrière les autres », Classer, dominer, Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique, p. 7-52.

17 février – 14h00 / 16h30
Continuum de l’échange économico-sexuel

Ouvrage de référence :
Paola Tabet (2004), La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

Article complémentaire :
Gayle Rubin (2010) [1975], « Le marché aux femmes : “Economie politique” du sexe et systèmes de sexe/genre », In Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, EPEL, p. 23-82, [en ligne].

16 mars – 14h00 / 16h30
Hétérosexualité obligatoire

Ouvrage de référence :
Monique Wittig (2007) [1992], La Pensée straight , Paris, Editions Amsterdam.

Article complémentaire :
Adrienne Rich (2010) [1980], « La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne », In La Contrainte à l’hétérosexualité et autres essais, Genèse-Lausanne, Mamamélis-Nouvelles Questions Féministes, p. 57-102.

20 avril – 14h00 / 16h30
Corps et technologies

Ouvrage de référence :
Donna Haraway (1992) [1985], « Manifeste Cyborg : la science, la technologie et le féminisme-socialiste vers la fin du XXème siècle », Multitudes, n°4-5, [en ligne].

Article complémentaire :
Beatriz Preciado (2008), « Pharmacopouvoir », In Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset, p. 131-186.

25 mai – 14h00 / 16h30
Queer Theory

Ouvrage de référence :
Teresa de Lauretis (2007) [1987-1990-2007], Théorie queer et cultures populaires : De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute.

Articles complémentaires :
Sedgwick Eve Kosofsky (1998), « Construire des significations queer », In Didier Éribon (dir.), Les études gay et lesbiennes, Paris, Éditions du Centre Pompidou, p. 109-116.
David Halperin (2003), « The Normalization of Queer Theory », Journal of Homosexuality, vol. 45, n° 2-4, p. 339-343, [en ligne].

8 juin – 14h00 / 16h30
Performativité du genre

Ouvrage de référence :
Judith Butler (2006) [1990], Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.

Article complémentaire :
Karen Barad (2003), « Posthumanist Performativity : Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter », Journal of Women in Culture and Society, vol. 28, n° 3, p. 801-831, [en ligne].